Tels Léonidas et ses hommes lors de la bataille des Thermopyles il y a près de 2.500 ans, nous arrivâmes sur le champ de bataille avec une armée plus que diminuée. Suite à de précédents combats âpres et féroces, nombre de nos hommes se retrouvaient blessés. Et la malchance était avec nous : certains survivants furent pris en embuscade juste avant le début de l’affrontement et ne purent se rendre au match. Seuls 5 vaillants guerriers restaient aptes au combat, prêts à en découdre face à notre adversaire du jour : l’armée invincible de Pleurtuit et ses redoutables shooters à 3 points.

L’issue de la rencontre ne faisait aucun doute. Les Pleurtuisiens ne feront qu’une bouchée des Saint-Jamais.

Mais c’était sans compter sur l’orgueil de nos braves hommes. Il fallait à tout prix sauver l’honneur du Club et se battre pour les Copains absents.

Ahou ! Ahou !!

A l’instar des Spartiates face à l’armée perse, nous nous repliâmes en défense, prêts à résister à leurs assauts, un par un, et à profiter de chaque brèche pour planter quelques paniers. Et ça marchait ! La grande équipe de Pleurtuit se mit à douter, surprise par la résistance de nos hommes. Après deux rounds intenses, le petit groupe de saint-jamais tenait tête à Pleurtuit et son armée invaincue depuis le début de la saison. 24-24 à la mi-temps.

Braves et courageux, nos hommes continuèrent leurs efforts dans la seconde mi-temps mais ce qui devait arriver arriva. Les assauts incessants de Pleurtuit commençaient à fissurer la défense de Saint-James, notamment avec leurs archers décochant quelques flèches de loin, précises et assassines. L’AOC se retrouvait à genou, mais n’avait pas encore abdiqué. Et elle n’abdiquera jamais. Jusqu’à la fin, nos 5 hommes ont jeté toutes leurs forces dans la bataille, ne pouvant empêcher la défaite mais résistant héroïquement.

Comme les Perses sur les Grecs, Pleurtuit repartit tout de même avec la victoire, mais c’est bien nos Saint-Jamais qui pouvaient sortir la tête haute de cet affrontement.

Respect et robustesse à tous !

Laisser un commentaire